L’Alopécie androgénétique ou perte de cheveux est vécue comme un véritable drame pour les femmes qui en souffrent. L’alopécie chez la femme peut être traitée de différentes façons. Allant de simples compléments alimentaires, apports vitaminiques, traitements médicaux du cuir chevelu jusqu’à une greffe de cheveux. Quel que soit la solution utilisée pour mettre un terme à la calvitie féminine, la patiente devra d’abord réaliser un bilan capillaire afin de déterminer le type d’alopécie androgénétique dont elle souffre.

Apres votre lecture, consultez tous nos dossiers greffe de cheveux

alopécie androgénétique

Les différents stades d’une alopécie androgénétique

Il existe trois stades pour une alopécie androgénétique. Le stade un correspondant à un éclaircissement modéré sur le sommet de la tête. Le stade deux qui correspond à une alopécie France avec des cheveux courts est situé à 1 cm en arrière de la ligne frontale. Enfin le stade 3 correspondant à un dégarnissement quasi total, avec une mince bande de cheveux sur la ligne du front.

Même si l’âge est un facteur important à prendre en compte, pour le traitement médical et sans intervention chirurgicale de la calvitie féminine. Contrairement aux idées reçues, l’alopécie androgénétique ne touche pas uniquement les femmes ménopausées, elle peut en effet se déclarer à tout âge. Les causes en sont encore mal connues, même si les hormones jouent vraisemblablement un rôle.

Comme évoqué précédemment, afin de déterminer le meilleur traitement pour lutter contre la chute de cheveux, le praticien va effectuer un bilan avant d’estimer le stade de l’alopécie. Afin de décider ou non de l’indication des implants capillaires. Ce bilan va en effet permettre de mesurer le degré de l’alopécie féminine, grâce à la classification statique de Ludwig.

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires peuvent être utiles pour traiter une alopécie androgénétique débutante ou saisonnière. Ceci se présente sous forme de gélules contenant un mélange de méthionine, de cystine et de vitamines H, B5, B2, B6, E et de fer. Il est aussi possible d’administrer les vitamines sous forme injectable en intramusculaire avec de l’acide pantothénique, bépanthène, et biotine.

Les lotions capillaires

Les lotions à base de Minoxidil permettent d’allonger la durée des cheveux à la gêne et d’augmenter le diamètre des cheveux intermédiaires. Ce traitement est relativement efficace. Puisqu’il permet de normaliser la chute des cheveux dans 30 % des cas cliniques. Il parvient à relancer la repousse des cheveux dans 10 % des cas.

Toutefois, ce traitement doit être poursuivi à vie. Car les effets bénéfiques s’arrêtent avec l’interruption du traitement. C’est le traitement le plus léger, puisqu’il n’implique que très rarement des effets secondaires (eczéma, prurit). Il a été noté dans certains cas la pousse de poils sur le visage le corps chez les patients féminins.

Les traitements hormonaux

Les hormones utilisées dans les médicaments pour lutter contre la chute de cheveux ne diffèrent que très peu. Les médicaments sont très proches pour ne pas dire identique chez la femme jeune ou la femme ménopausée. Le traitement hormonal associant œstrogène un anti androgène ou un progestatif donne d’excellents résultats. Toutefois ce traitement n’est efficace que durant sa prise, qui doit être surveillé par un gynécologue. Le traitement hormonal pour lutter contre la chute des cheveux chez la femme ne peut être envisagé qu’après un bilan médical et gynécologique complet afin d’éliminer toutes les contre-indications.

Les plaquettes PRP

Les plaquettes PRP en injection permettent un traitement local et superficiel de l’alopécie féminine. En effet, l’injection de PRP dans le cursus velu permet de normaliser la chute androgénique éthique des cheveux. Aussi de stimuler dans certains cas la croissance des cheveux fins, en les rendant plus épais.

L’injection de plaquettes PRP nécessite un prélèvement sanguin du patient, suivi d’une centrifugation afin de séparer les différents composants sanguins afin d’obtenir le plasma riche en plaquettes. Celui-ci sera réinjecté à la seringue dans la zone à traiter. Cette technique est peu intrusive et permet la reprise des activités sociales et professionnelles immédiatement après l’injection. Les résultats sont visibles au bout de trois mois, avec une augmentation de la densité capillaire confirmant un effet repousse du cheveu.

Quand opter pour une greffe de cheveux chez la femme

Tout comme pour la greffe de cheveux chez les hommes, les techniques utilisées sont la micro greffe de cheveux FUT, FUE, IFA. Ces différentes techniques de greffe de cheveux sont envisagées lorsqu’aucun traitement médical n’a donné des résultats satisfaisants, et que la calvitie provoque une grande souffrance psychologique chez la patiente.

Bien qu’une greffe de cheveux quel que soit la technique utilisée soit un geste chirurgical désormais banal. Celle-ci s’effectuant sous anesthésie locale, le risque de problèmes cardio-vasculaires reste possible. Dès lors le médecin à l’obligation de faire respecter un délai de 15 jours de réflexion, entre la première consultation et l’intervention chirurgicale.

La greffe de cheveux FUT

La greffe de cheveux FUT pour les femmes repose sur le prélèvement de bandelettes. Ces bandelettes seront ensuite découpées afin de préparer des greffons qui seront ensuite implantés dans la zone receveuse. Cette technique permet d’atteindre une densité de 180 cheveux par centimètre carré, des trois méthodes de micro greffe c’est la méthode la plus ancienne et qui nécessite le temps d’immobilisation le plus long.

La greffe de cheveux FUE

La greffe de cheveux FUE est une technique moderne où les greffons sont prélevés à l’aide d’un instrument appelé punch. Grâce à sa précision, cette technique permet de prélever 3000 unités folliculaires. Elle ne laisse que très peu de cicatrices, pour ne pas dire aucune, tandis que l’intervention ne dure que quelques heures et permet la reprise des activités habituelles 24 heures après.

La greffe de cheveux IFA

La greffe Ide cheveux IFA est une variante automatisée de la micro greffe FUE. La phase de prélèvement des greffons se fait de manière automatisée grâce à une machine, en revanche l’implantation des greffons est toujours faite de façon manuelle, même si plusieurs praticiens peuvent travailler en même temps sur le crâne d’une patiente.

Partager cet article :